Les entrepreneurs autodidactes

Sans baccalauréat ni brevet, les entrepreneurs autodidactes représentent une part très importante de nos biographies. Rien qu’en 2021, une demi-douzaine d’entre eux a démarré son récit de vie avec nos écrivains biographes. La plupart du temps, ces hommes ont vécu des premières années très difficiles. En France, en Algérie ou en Espagne, ils ont quitté l’école très jeunes pour aider leur père artisan ou agriculteur. Des années de souffrance qui les ont endurcis, imprégnés d’une soif de réussite hors du commun. « Les chaussures sont bien évidemment inexistantes : quand la neige tombe, mon père achète des morceaux de cuir qu’il perce adapte à nos pieds avec une ficelle », raconte Alain Derouaz dans son ouvrage Résiliences. 

, Les entrepreneurs autodidactes
, Les entrepreneurs autodidactes

Les années d’apprentissage

Comme lui, ces hommes d’âge mûr se souviennent de leur enfance avec une grande émotion. Ils n’ont plus de fausse pudeur et fondent souvent en larmes pour s’immerger dans leur passé et le restituer au plus juste. 

Mais l’intérêt de ces récits n’est pas tant la réussite que les années d’apprentissage. Pour ces hommes, l’écriture de leur biographie constitue surtout une envie de démontrer, preuves et anecdotes à l’appui, d’où ils viennent, quel fût leur monde d’avant, celui qui a nourri leur volonté et leur persévérance. 

Se faire pardonner

Il s’agit aussi de se faire pardonner auprès des proches leur autorité et leur perfectionnisme parfois mal supportés.  « J’avais honte d’être pauvre. Je pense même que notre famille était la plus démunie de toute la rue, dans un environnement déjà des plus modestes. J’étais complexé par ma naissance, qui n’était pas celle que j’aurais souhaitée, et, comme bon nombre d’enfants, je rêvais que mes parents soient plus riches », raconte Bernard Boussetta dans son livre Vive le défi, devenu un important promoteur immobilier parisien. 

Au-delà, ils aimeraient que les jeunes générations comprennent la valeur profonde de leur richesse, peut-être pour éviter qu’ils ne la dilapident trop rapidement. 

, Les entrepreneurs autodidactes