Comment raconter ses mémoires de la Shoah ?

La difficulté de témoigner sur ce sujet

Votre Biographie Editions a édité plusieurs témoignages directs dans les années 2000 mais quasiment plus aucun depuis 2015. Ces textes n’aboutissent pas toujours car les témoins directs sont partagés entre le devoir de mémoire et la peur d’horrifier leurs jeunes descendants. Ceux qui effectuent les démarches eux-mêmes ont beaucoup plus de chance de parvenir à leurs fins. Evidemment, il vaut mieux qu’ils aient accompli un travail de mémoire au préalable, notamment auprès de psychologues.

Dans les cas que nous traitons en majorité, ce sont les enfants voire les petits-enfants qui sont à l’origine de la démarche. Ils ont très envie de savoir les circonstances de la déportation, connaître l’histoire vécue de leur grand-père ou de leur grand-mère dans les moindres détails. Ils veulent mettre des mots, des images, sur ce qu’ils imaginent depuis leur enfance. Ils en ont assez de vivre avec un passé sans contour, des formes précises.

Par ailleurs, et même s’ils se doutent que leur aîné risque de traverser des moments de grande turbulence en se confiant à un biographe, ils ont la conviction que ce travail va faire beaucoup de bien à ce grand-père ou cette grand-mère qu’ils chérissent tant.

Depuis une dizaine d’année, les témoignages de ce type se sont faits de plus en plus rares. Il demeure des survivants, naturellement, mais sans doute étaient-ils trop jeunes à l’époque, ils n’ont pas de souvenirs très précis. Sans doute sont-ils devenus trop faibles également pour se lancer dans ce travail de mémoire éprouvant.   

Pour les siens, Paul Bachman a lui aussi voulu raconter son récit hors norme, celui d’un petit garçon de huit ans plongé, seul, dans l’enfer du camp d’extermination. Malheureusement, il a du abandonner très rapidement l’écriture avec son biographe tant l’exercice des souvenirs lui était impossible à surmonter.

, Comment raconter ses mémoires de la Shoah ?
, Comment raconter ses mémoires de la Shoah ?

Un témoignage exceptionnel édité puis publié

Certains livres que nous avons édités avec Votre Biographie Editions ont été publiés chez Transversales Editions et présents encore aujourd’hui à la librairie du Mémorial de la Shoah à Paris. C’est le cas de l’ouvrage de Charles Naparstek, intitulé J’ai vécu l’extermination des Juifs d’Europe au « Canada ». Charles Naparstek est resté trois ans à Auschwitz-Birkenau. Pendant deux ans et demi, il a fait partie du « Canada ». Ce commando spécial et peu connu, composé d’une centaine de détenus seulement, avait été créé par les S.S. dans le but d’organiser le pillage et le stockage des affaires des déportés à leur arrivée au camp. Le « Canada » ou « État d’abondances » regorgeait de richesses en tout genre : bijoux, argent, victuailles, chaussures… Souvent décriés par d’anciens déportés, les membres de ce commando ont pourtant sauvé des centaines de vies… et pris des risques. Sur la rampe, par exemple, ils sauvèrent la vie de jeunes femmes en leur arrachant l’enfant qu’elles serraient dans leurs bras. Toutes celles qui ne voulurent pas s’en séparer périrent quelques heures plus tard, dans les chambres à gaz.

Charles Naparstek avait toujours refusé d’écrire sur sa déportation. Soixante ans plus tard, il a décidé de libérer sa parole. Son témoignage transperce les pages. Il est brut, précis et vivant. Essentiel.