De Jacques Gamard

Couverture d’ouvrage : Bièvres, mon paradis
Éditions : (Français)
Taille : 14,00 x 20,00 cm
Pages : 116
Je me souviens l’avoir rencontrée au moment où elle faisait des courses et je lui ai proposé de porter son sac. Ensuite, je l’ai accompagnée au cinéma et, petit à petit, nous avons fait plus ample connaissance.
Ma Laurette avait connu des moments difficiles : à 15 ans, elle avait perdu sa maman et dû assumer, seule, en tant qu’aînée, les tâches de la maison.
Son père avait jugé que c’était à elle de gouverner la barque. Plus tard, elle est venue à Paris où, comme tout le monde, elle s’est inscrite à la mairie.
Laurette et moi, nous nous sommes mariés dans la plus grande simplicité. Nous avons habité pendant quelque temps dans la petite chambre au-dessus du logement ouvrier de mes parents. Peu de temps après, nous avons mis en chantier notre premier enfant, Jacqueline, qui est venue au monde dans des conditions épiques. Je peux dire que ç’a été un sacré bazar, ce truc-là.