De Germaine et Robert Bellanger

Détails: Size: 14.8x21 cm
Pages: 142
Jeune homme, j’avais pris l’habitude d’accompagner mon père les dimanches d’automne à la chasse. Sur les terres du château de Sarcus, nous chassions le gibier de plaine : lièvres, lapins, perdrix, cailles et pigeons, A l’époque, c’était bien pratique car il n’y avait que peu de randonneurs et pas de sociétés de chasse auprès de laquelle réserver son territoire.
Après la battue, les « repas de chasse », étaient un grand moment de détente pour ses partisans. Après l’ingestion de plusieurs verres de vin, le chasseur, s’il continuait sa journée, avait bien du mal à atteindre sa cible. Toutes les cartouches y passaient pour une bien piètre prise !