De Marie-Josèphe Bourquard

Détails: Prix de vente: 15 
Size: 14.8x21 cm
Pages: 190
Dans la maison où nous habitions, l’appartement de M. Miellet, situé au troisième étage, avait été réquisitionné par les Allemands et était occupé par le Schieber (nous prononcions « Chibé »), le commandant en chef des exécutions.
Je ne sais pas si cette appellation correspond à son nom ou à son titre. Nous l’avons toujours désigné ainsi.
Toujours est-il que cela faisait froid dans le dos de savoir qui était cet homme. On peut dire que nous étions bien placés pour faire de la résistance !
Cela n’a pas empêché mes parents et Mme Géhant d’accueillir plusieurs fois des parachutistes.
Maman, dont l’anglais était excellent, assurait la traduction.
M. Branciard, le pharmacien d’en face, avait droit à une camionnette pour aller chercher les médicaments. M. Roy, qui la conduisait, était de connivence avec mes parents et Mme Géhant : quand il fallait amener quelqu’un à la frontière suisse, on lui demandait de venir avec sa petite camionnette.
Un jour, il s’agissait de faire sortir de France un parachutiste canadien, qui ne parlait pas un mot de français.
Au moment précis où nous sommes sortis, le parachutiste et nous, le Schieber arrivait en même temps dans le hall.
Notre cœur a failli s’arrêter de battre !